LA MAISON PLANES À SAILLAGOUSE, une histoire de famille depuis 1895...

A l'ORIGINE, UN ANCIEN RELAIS DE DILIGENCE...

Entre la famille Planes et l'hostellerie, c'est une longue histoire, une très longue histoire ... Plus de 120 ans et 5 générations se sont succédées ici transformant cet ancien relais de diligence en une grande maison simple, sans prétention mais tellement chaleureuse. Ici, on est en famille !

L’histoire débute par une belle rencontre, celle de Joseph Planes, ex-séminariste et de Rose Braser. Ils viennent de Belver de Cerdagne en Espagne. Mariés, ils tombent amoureux de la Cerdagne française et décident de s'installer au Moulin d'Err puis au moulin de Via qu'ils exploitent à partir de la scolarisation à Via de leur fils Henri, né en 1876. Ils livrent leur farine à presque toute la Cerdagne, et plus particulièrement à Odeillo, Font-Romeu et Eyne. Les années qui suivent sont difficiles... les mois d’hiver sont très longs. Rose, travailleuse acharnée et Joseph, très instruit, sentent que leur avenir est ailleurs et pourquoi pas dans le "gros" village voisin où passent les diligences. En 1893, ils décident de s’installer à Saillagouse. Henri a terminé sa scolarité, le brevet d’études en poche. Saillagouse voit arriver les Planes dans une vieille forge abandonnée. Ils louent, place de l’Eglise, une remise dans laquelle ils servent des boissons aux hommes qui viennent jouer aux cartes l'après-midi. La proximité de l’église servant de prétexte, le curé et le maire les contraignent à déménager. Un mal pour un bien ! puisque c'est ainsi qu’en 1895, ils arrivent dans le « Carrer del mitx » où ils ouvrent un relais de diligence, une remise qui fait office de relais aux deux diligences, l'une montante et l'autre descendante assurant la liaison entre Perpignan et Latour de Carol !

Les années qui suivent voient l'apparition d'une véritable auberge avec l'aménagement de couchages dans un local sur la cour et un service de restauration proposant des produits cerdans et capcinois, des gibiers tués par des chasseurs et l’Ollade – plat typique catalan à base de porc et de choux !

En 1903, les travaux de construction de la voie de chemin de fer débutent, mais les aubergistes sont confiants! Le travail ne manque pas. En 1906, Henri épouse Bonaventure Giralt qui lui fera un fils l'année suivante, Joseph. Tout va pour le mieux ! En 1913 la diligence disparaît. C’est un coup dur pour leur commerce, d’autant que le train dépose les voyageurs à l’autre bout du village. Mais ils s’accrochent et pensent qu’il y a peut-être un avenir dans l'automobile, ce nouveau moyen de transport dont tout le monde parle tant ! Ils décident donc de professionnaliser leur activité de restauration en formant Joseph au métier de cuisinier. Le voilà parti à Perpignan en apprentissage, tour à tour au « Casque d’Or » et au « Grand Hôtel de la Loge ». De retour, il donne toute son identité au restaurant. Une tradition que la famille Planes poursuivra en formant les siens auprès des plus grands chefs.

En 1935, Joseph épouse Joséphine Soler qui va donner un nouveau souffle à l'affaire. Le relais de diligence se modernise et se métamorphose en un hôtel restaurant digne de ce nom. L'établissement subsiste aux affres de la 2ème guerre mondiale et en 1942, Joséphine donne naissance à leur fils unique, Henri.

La décennie suivante connaîtra la lente mais sûre progression d’une maison en constante évolution. La clientèle se fidélise. Les époux Planes prennent confiance et décident alors d’augmenter le nombre de chambres le portant à 12. Ces imposants travaux sont entrepris en 1958 alors que leur fils Henri confirme sa volonté de poursuivre l'affaire familiale. Il réussit le concours d’entrée de l’école hôtelière de Grenoble, en 1957. Durant sa scolarité, ses parents poursuivent au quotidien l'amélioration des conditions d'accueil de leurs clients qui le leur rendent bien. Les animations sont fréquentes avec des bals, des rifles, des soirées cartes, etc. Ils dynamisent l’établissement en pensant à l’avenir. 1963 sera l’année de création du Rotary club de Font-Romeu Cerdagne dont le siège est à l'hôtel Planes, depuis.

Après ses séjours à Grenoble puis Paris… Henri revient au pays. En 1964, la ferme « Esteve » attenante à l'hôtel est à vendre. Une opportunité que le trio Planes ne manque pas de saisir pour s'agrandir. Henri apporte des nouveautés apprises en cuisine… Venu de Paris où il travaillait au restaurant de la Tour Eiffel, Jean-Louis Tribert rejoint dans cette région du bout de la France, celui qui appliquait ici la conception d’une certaine cuisine qu’il aimait. Le partenariat se poursuivra durant trente cinq années. Deux ans plus tard, la salle de restaurant sera ouverte à la clientèle extérieure à l'hôtel.

Henri épouse Raymonde Imbern en 1966. Cette jeune fille habituée au dur labeur des champs opère une reconversion rapide et s’intègre avec efficacité dans ce sacerdoce familial. De cette union, naîtra Jean-Luc en 1968. Cette même année, des travaux de surélévation acceptés par le voisin, Joseph Clerc, au-dessus de sa maison, sont entrepris et ajoutent six chambres supplémentaires au confort deux étoiles NN.

En 1972, malgré une année bien remplie par de nouvelles transformations : la partie garage, salle de bal en restaurant et salon coin feu, repos, la famille connaît la joie d’une deuxième naissance, Eric en 1972. Les enfants donnent de l’énergie... Henri et Raymonde décident d’augmenter la capacité hôtelière en construisant une annexe, « Le Planotel » ouvre en 1973 avec 20 chambres supplémentaires classées deux étoiles.

De 1973 à 1981, les années s’écoulent comme tout à chacun, avec des hauts et des bas mais toujours en gardant le cap. On entend parler des nouvelles normes... Il va falloir s'y mettre !

1982, l’hôtellerie de papa, c’est fini ! La mise à niveau est décidée. « La vieille Maison Cerdane » entreprend une transformation fondamentale du bâtiment, des aménagements importants très appréciés par la clientèle dont la fréquentation est en constante progression. De la cave au grenier tout est vidé sur quatre étages et reconstruit à neuf. Trois années de travaux plus tard, le nombre des chambres est passé de 23 à 19, le rez-de-chaussée est réorganisé en bar-brasserie et un ascenseur dessert les étages.

Après l’école hôtelière, des passages dans les cuisines de Vanel à Toulouse et de l’Echalote à Saint-Tropez et des stages chez nos confrères et amis Lormand, Bohigas etc…, le fils aîné, Jean-Luc reprend le flambeau et s'installe aux fourneaux marquant ainsi l’arrivée de la nouvelle génération. En parallèle, Eric a rejoint l'équipe et apporte son expertise dans les autres secteurs de l’entreprise. Sous son impulsion est créée la piscine d’été chauffée au printemps 1991. Cette même année, la législation impose de nouveaux travaux en cuisine, une rénovation totale, un agrandissement et le changement de matériel !

En octobre 1993, Jean-Luc se marie avec Nathalie Berche qui met au monde Clara en 1994, première fille chez les Planes depuis 4 générations. En 1995, les 100 ans de la maison « PLANES » sont célébrés dignement avec une messe du souvenir en l’église Sainte-Eugénie et la présence d'une diligence comme à l’époque ! Une très belle journée clôturée autour d’un superbe buffet concocté par l’équipe au grand complet ainsi que par une soirée animée par Eric et Luky.

Les années passent et la Maison Planes poursuit sa modernisation. En 1998, la pose d’une couverture sur la piscine du Planotel, permet d'en profiter toute l’année, un vrai plus pour l’après-ski en hiver. Un sauna vient compléter les équipements mis à disposition de la clientèle. C’est au cours de cette année que Joséphine Planes dit « FIFI », nous quitte. Elle avait apporté à cette maison tant de choses dont un relationnel sans faille avec nos fidèles clients. Elle, qui était promue à une carrière de professeur agrégée de français, a fait de sa vie un sacerdoce dédié à l’hôtellerie restauration.

Le Planotel est commercialisé auprès des groupes, hors-saison proposant des séjours découverte de la Cerdagne et de son exceptionnel territoire avec l'aide de guides locaux. L’équipe de cuisine est renforcée avec la venue de Jean Tillot – ancien chef de chez Vanel à Toulouse – qui va prêter main forte à Jean-Luc pendant plus de 17 ans…

En 2000, la décoration est totalement repensée par un artiste, peintre : Rodriguez. La façade de l’hôtel fait peau neuve. Une identité montagnarde plus marquée qui la rend plus attrayante et invite davantage de clients à pousser la porte de l'hôtel. En 2001, la famille s'agrandit avec l'arrivée de Sandra, la deuxième fille de Jean-Luc et de Frédérique.

L'excellent niveau de qualité de la cuisine du restaurant « La Vieille Maison Cerdane » lui vaut d'être remarqué par les guides de référence dans le domaine : Michelin, Gault et Millau, Le Petit Futé, le Guide du Routard pour ne citer qu’eux ! La récompense d’une cuisine généreuse faisant la part belle aux spécialités catalanes "faites-maison". Le Caneton aux Raisins créé en 1950 par Joseph Planes devient le plat de référence incontournable. Le pied de porc désossé prend également une place importante dans la carte : il est aujourd’hui une des spécialités de Jean-Luc Planes. L’ensemble de l’équipe de cuisine propose des desserts de qualité remis au goût du jour tel le soufflé à l’orange, les crêpes Suzette, la glace aux pruneaux à l’Armagnac…

Eric se fiance en 2003 avec Natacha Pirof qui s'implique dans l'affaire familiale en apportant une nouvelle organisation et une nouvelle vision commerciale.

En 2005, on célèbre nos 110 ans ! Une belle journée durant laquelle nos clients participent à une soirée dansante en compagnie de toute la famille Planes et de son équipe autour de produits de qualités fournis par l’ensemble de nos fournisseurs. Cette fin d’année sera également marquée par la célébration du mariage de Christine et de Jean-Luc Planes. C’est en avril 2006 que Cloé – la fille d’Eric et Natacha – vient au monde. L’arrivée d’une autre fille chez les Planes conforte la fin de la lignée des fils uniques depuis plus de 100 ans !

Les années passent avec le lot d’investissements pour maintenir le niveau de qualité de nos prestations et répondre au mieux à l'évolution des attentes de notre clientèle. L'installation d'une chaudière dernière génération, moins gourmande en fioul, en 2008, et la pose de panneaux solaires pour une production d’eau chaude sanitaire marquent le point de départ de notre démarche environnementale. Nos achats sont réalisés dans ce même esprit : privilégier les produits respectueux de l'environnement et de préférence de fabrication française favorisant les circuits courts.

En 2009, on célèbre le mariage d’Eric et Natacha qui rejoignent officiellement la saga familiale et en décembre, la brasserie est relookée. Une mise en beauté très réussie. Une décoration plus traditionnelle faite de bois et de pierre, qui booste la fréquentation et permet de prévoir la rénovation de l’ensemble des chambres de l’hôtel avec des travaux sur 4 ans : salle de bain, agrandissement des chambres et décoration entièrement revus par Natacha et Raymonde Planes.

Toutes ces dernières années, de vastes chantiers ont bien occupé toute la famille... Entre les mises au norme à effectuer pour répondre aux exigences de plus en plus drastiques en matière de conformité, notamment sécurité incendie (2010), les classements dont la labellisation tourisme et handicap (2012) mais également le changement d’ascenseur en 2013, la rénovation de la buanderie avec du matériel moins énergivore et la création d’un espace « Bien-être ». Pas de doute, il aura fallu batailler...

Entre la famille Planes et l'hôtellerie familiale, c'est donc bien une longue histoire, une très longue histoire... Plus de cent vingt ans d’union sacrée ! Cinq générations d’un noyau familial qui a résisté à l’érosion des exigences de ce métier. Mais cette belle histoire n’aurait pu être écrite sans la fidélité de notre clientèle à laquelle nous rendons ici hommage. C’est grâce à vous que cet établissement fait partie des quelques maisons plus que centenaires en France. Tous les membres de la famille PLANES sont heureux de vous accueillir, vous disent merci et « Per molts anys*» … * Que ça dure

Arrivée: 14h00 - 18h00
Départ:    7h00 - 11h00